Consommateurs Petites entreprises Grandes entreprises

Yolanda Cameron s’exprime sur l’importance de la santé mentale chez les jeunes

Publié 30 January, 2015 dans Bell Cause pour la cause par 0

En septembre 2011, Yolanda et Jamie Cameron ont perdu leur fils de 16 ans, Wes, qui s’est suicidé.

Wes était un jeune homme brillant et généreux, doté d’une heureuse nature. Il était athlétique, populaire, charismatique et son sourire irrésistible illuminait toute une pièce, dès qu’il y pénétrait. À vrai dire, il paraissait généralement heureux lorsqu’il était avec sa famille, et il semblait que tout lui réussissait – c’est pourquoi il a été très difficile à la famille Cameron de comprendre ce qui est arrivé à Wes.

Toutefois, après le décès de Wes, sa famille a trouvé des messages texte dans son téléphone qui ont révélé quelques-uns des graves problèmes auxquels il était confronté. Ils ont également accédé à ses comptes dans les médias sociaux et découvert que ses amis laissaient de nombreux messages, en sachant qu’ils ne recevraient pas de réponse. Les messages renfermaient de tout, depuis l’expression du deuil de la part d’amis et de membres d’une communauté en état de choc à des témoignages de dépression, d’idées suicidaires et d’autres pensées dangereuses et douloureuses.

Suite à ces deux découvertes, la famille Cameron s’est rapidement rendu compte que les gens – en particulier les jeunes – exprimaient leurs émotions d’une manière qui leur semblait très sûre. En lisant tous ces messages, Yolanda et sa famille ont réalisé qu’ils pouvaient apporter leur aide.

Peu après, Yolanda et Jamie Cameron ont commencé à parler de l’importance du bien-être mental et affectif des jeunes dans les comtés de Grey et de Bruce et leurs environs. Ils ont également fondé un organisme sans but lucratif appelé « WES for Youth Online », en collaboration avec la filiale de Grey Bruce de l’Association canadienne pour la santé mentale.

Nous avons discuté récemment avec Yolanda Cameron, la mère de Wes, et nous lui avons posé les questions suivantes :

Qu’est-ce qui vous a poussé à révéler au public l’histoire de votre fils?

Nous avons décidé de partager notre témoignage parce que nous avons été complètement pris au dépourvu lorsque Wes est décédé. Nous connaissions Wes sous un certain jour et pour cette raison, il nous semblait inconcevable qu’il se suicide. Même maintenant, il est difficile d’accepter comment et pourquoi il est mort.

Lorsque je discute avec d’autres parents, ils me racontent encore la difficulté qu’éprouvent leurs enfants à composer avec le fait que Wes se soit suicidé. Et en tant que directrice de salon funéraire, j’ai discuté avec des familles dont un enfant s’était suicidé. Au fil du temps, j’ai réalisé que je pouvais apporter mon aide, et expliquer ce que ressent une famille qui a été touchée par un suicide.

Parlez-nous de WES for Youth Online et de l’impact que vous souhaitez que cette initiative ait sur la communauté

Lorsque nous avons choisi de créer cet organisme, nous avons décidé d’utiliser le prénom de WES en tant qu’acronyme pour Wellness and Emotional Support (bien-être et soutien affectif); quant à l’utilisation du nom de Wes avec une émoticône souriante sur notre site Web, c’est pour rappeler la façon dont il signait son nom la plupart du temps.

Notre principal objectif est de promouvoir le bien-être mental et le soutien affectif auprès des jeunes de 13 à 19 ans dans les comtés de Grey, de Bruce, de North Huron, de Collingwood et de North Wellington. Nous disposons d’un centre de ressources communautaires à Walkerton, et des psychothérapeutes spécialement formés offrent du counseling en ligne par l’intermédiaire de notre site WES for Youth, dont l’interface a été expressément conçue pour les jeunes. Le site est sécurisé et confidentiel. Les jeunes ne sont pas obligés d’obtenir l’autorisation de leurs parents pour l’utiliser, et ils ont l’assurance que le contenu des séances en ligne ne peut être retracé parce que tous les échanges sont chiffrés.

Enfin, nous avons créé WES for Youth Online parce que nous voulons que les jeunes sachent qu’il n’y a pas de honte à avoir des problèmes, et que c’est très bien d’aller cherche de l’aide. Et bien qu’il n’y ait pas toujours de solutions simples aux problèmes auxquels les jeunes font face, nous espérons qu’en ayant quelqu’un vers qui se tourner pour les comprendre et leur donner des conseils, chaque jour de leur vie sera un peu meilleur que le précédent.

Articles connexes

Laissez-nous savoir ce que vous en pensez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *