Consommateurs Petites entreprises Grandes entreprises

Bientôt chez nous : le mandat canadien sur les DCE. C’est le temps d’agir!

Ces 18 à 24 prochains mois, les entreprises de transport sous règlementation fédérale au Canada devront remplacer le journal de bord papier par un dispositif de consignation électronique (DCE). Si cette échéance paraît loin, commencer à vous préparer maintenant vous permettra de planifier stratégiquement et de mieux profiter de vos investissements en DCE.

Pourquoi le Canada impose-t-il des DCE?

En bref, c’est une question de sécurité et de conformité. Les DCE permettent aux répartiteurs et aux administrateurs de suivre les heures de service des chauffeurs à distance et en temps réel. Ils peuvent ainsi plus facilement s’assurer que les personnes transportant 20 tonnes de marchandises n’ont pas roulé pendant 12 heures d’affilée. En plus de favoriser la sécurité, cela permet d’éviter les amendes ou les suspensions de service en cas de non-conformité à la règlementation.

« Avec les registres papier, on découvre qu’un chauffeur ne respecte pas les règles sur les heures de service seulement après qu’il a enfreint ces règles », déclare Mike Millian, président de l’Association canadienne du camionnage d’entreprise. « Grâce aux DCE, les administrateurs peuvent obtenir des informations actualisées sur chaque chauffeur de la flotte, visualiser leur emplacement et le nombre d’heures restantes dans la journée. Cela facilite la détection des violations avant qu’elles ne surviennent. »

La loi vise à uniformiser la règlementation dans toute l’industrie du camionnage en Amérique du Nord. Si la loi canadienne est en développement, les spécifications seront probablement semblables à celles entrées en vigueur aux États-Unis en décembre 2017. Des milliers de transporteurs canadiens détenant des routes transfrontalières sont déjà équipés de DCE pour se conformer à la règlementation américaine.

Solution DCE pour l’entreprise de transport : quoi chercher?

En plus d’une meilleure sécurité, les DCE peuvent engendrer divers avantages commerciaux. Ils améliorent la précision des enregistrements en éliminant les erreurs de saisie de données sur papier. Ils permettent aussi aux chauffeurs d’économiser environ 20 heures par an pour la tenue de registre et plus de 3 minutes par enregistrement lors de la vérification et du classement.

Un DCE autonome dont l’unique tâche est de suivre les heures fournira de telles économies et garantira la conformité règlementaire. Cependant, voilà une belle occasion d’améliorer l’efficacité de vos opérations en adoptant une solution de gestion de flotte plus complète intégrant les DCE aux systèmes de répartition et autres. Une solution plus large permet de surveiller les pratiques de conduite dangereuses, le temps d’inactivité et la consommation de carburant, en plus de fournir des analyses détaillées pour guider les décisions d’affaires, de l’optimisation des itinéraires aux calendriers d’entretien.

« Pour être conforme, il vous faudra investir beaucoup de capital sur les connexions matérielles et les écrans », explique Claude Arpin, chef de produit principal de Bell pour l’Internet des objets. « Voir au-delà des fonctionnalités DCE de base vous permettra de profitez de ces plates-formes. »

Pourquoi commencer à se préparer maintenant?

Pour livrer aux États-Unis, il faut déjà vous conformer à la législation des DCE du pays. Et comme la nouvelle loi canadienne approche à grands pas, mieux vaut ne pas attendre à la dernière minute pour sa mise en œuvre.

Malgré les 2 ans de transition accordés, nombre d’entreprises américaines exigeant des DCE ne les avaient pas encore installées à la date limite de décembre 2017 (selon Trucks.com, on estime ce nombre entre 33 % et 75 %, selon quand et qui a posé la question). Ces entreprises sont passibles d’amendes et peuvent même être mises hors service jusqu’à ce qu’elles soient conformes.

« Si vous tentez d’accélérer le processus, ce sera le chaos total », dit Millian. « Vous disposez de 12 à 18 mois pour l’exécuter correctement ».

Pour bien commencer, on peut rechercher plusieurs fournisseurs et solliciter des démonstrations de produits pour s’assurer que les solutions répondent aux besoins. Une fois la solution choisie testée et installée, il vous faut planifier et dispenser une formation DCE aux administrateurs, au personnel informatique, aux répartiteurs et aux chauffeurs.

En plus de vous savoir conforme le moment venu, adopter une solution de gestion de flotte maintenant vous permettra de rentabiliser votre investissement plus tôt que prévu. Une étude de Transports Canada révèle un rapport avantages-coûts de 2 pour 1 dans les 2 ans suivant la mise en œuvre.

Que devraient considérer les entreprises en préparant leurs stratégies DCE?

Il importe d’abord de vous informer. Examinez attentivement les règlements américains et la législation canadienne proposée. Ainsi, vous serez certain que les technologies adoptées conviendront des deux côtés de la frontière.

Deuxièmement, gardez en tête que tout dispositif d’enregistrement n’est pas toujours un DCE. Certaines entreprises utilisent des dispositifs d’enregistrement à bord automatiques (AOBRD) qui ne disposent pas d’une connexion directe DCE au diagnostic embarqué (ODB) d’un camion pour saisir les dates, heures, lieux, kilométrages, codes de diagnostic moteur, etc. Les anciens AOBRD ne répondront pas aux spécifications de la nouvelle législation DCE et devront être remplacés par de nouveaux dispositifs.

Enfin, considérez le réseau sur lequel s’exécuteront vos DCE. Les DCE requièrent un fournisseur de réseau doté d’une large couverture pour s’assurer que les camions restent connectés partout où ils voyagent.

« Vous savez que ce changement est imminent », explique Arpin. « Prenez le temps d’identifier précisément les besoins d’affaires auxquels vous pouvez aussi répondre avec cet équipement obligatoire. Ainsi, vous obtenez de réels avantages aujourd’hui tout en protégeant votre investissement lorsque le mandat entrera en vigueur. »

Désirez-vous plus de conseils à savoir comment vous conformer au mandat DCE? Visitez notre page DCE pour plus d’informations ou communiquez avec votre conseiller au service à la clientèle d’affaires de Bell.

Laissez-nous savoir ce que vous en pensez

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *